facebook

twitter

linkedin

youtube

instagram

viadeo

0632842074
Mon panier
Aucun article
>
logo-lautreface
» » Libération.fr
Libération.fr
Libération.fr

Pierre-Yves Geoffard, dans sa Chronique "Economiques" Les cicatrices sociales et économiques du Covid propose un impôt exceptionnel sur le capital et cite "Nos sociétés du vieillissement entre guerre et paix", d'André Masson pour appuyer son propos.

 

 

 

Extrait de la chronique de Pierre-Yves Geoffard (Libération, 01/02/2021):

 

« Ce qui était au départ un désastre sanitaire pour les vieux s’est traduit par un coût social considérable, pesant avant tout sur les précaires et les jeunes. (…/…)

L'équité entre les générations pourrait plaider pour un impôt spécifique, payé par les plus âgés ; mais, outre qu'une taxe en fonction de l'âge serait sans doute juridiquement incompatible avec le principe d'égalité devant l'impôt, elle frapperait indifféremment, au sein des ménages âgés, les plus riches et les plus démunis. Pour échapper à ce dilemme, le meilleur outil reste l'impôt sur le capital. Le patrimoine est concentré chez les plus âgés, en partie par un effet naturel de cycle de vie, mais aussi en raison de la baisse régulière de la mortalité aux âges élevés : c'est souvent après 50, voire 60 ans que l'on hérite de ses parents, et des successions si tardives laissent le patrimoine entre les mains des ménages les plus âgés (1).

Que ce soit pour payer les efforts fiscaux et sociaux déjà entrepris, voire pour financer d’autres aides, comme un revenu exceptionnel versé aux plus jeunes, un impôt tout aussi exceptionnel sur le capital, reposant sur une assiette aussi large que possible, paraît aujourd’hui la piste la plus sérieuse pour ne pas faire peser le fardeau de la dette sur une génération déjà si lourdement mise à contribution.»

 

(1) «Nos sociétés du vieillissement entre guerre et paix», d'André Masson (2020).

Filtrer par